Je veux tout savoir

Déontologie

Pin
Send
Share
Send


La première chose que nous allons faire est de déterminer l'origine étymologique du terme déontologie. En ce sens, nous devons établir qu'il émane du grec, car il résulte de la somme de deux composantes de cette langue:
• «Deontos», qui peut être traduit par «devoir ou obligation».
• «Lodge», synonyme d '«étude».

Déontologie c'est un concept qui est utilisé pour nommer une classe de essayé ou discipline qui se concentre sur l'analyse des devoirs et du valeurs régi par le moral .

On dit que le philosophe britannique Jeremy Bentham Il était responsable de l'élaboration de la notion. La déontologie fait partie de ce qu'on appelle éthique normatif (le la philosophie qui indique ce qui doit être considéré comme bon et ce qui doit être décrit comme mauvais). Cela signifie que chaque profession, métier ou domaine spécifique peut avoir sa propre déontologie qui indique quel est le devoir de chaque personne .

En règle générale, certaines professions ont un code d'éthique , qui est une sorte de manuel qui compile les obligations morales que ceux qui exercent un travail .

Il est important de noter que l'éthique analyse les devoirs internes de l'individu; c'est-à-dire ce que vous devez faire ou éviter en fonction de ce que prise de conscience . Les valeurs partagées et acceptées par l'éthique sont collectées par des codes déontologiques.

Dans le domaine de la médecine, il existe ce que l'on appelle le code d'éthique médicale, sur lequel nous pouvons souligner les caractéristiques suivantes:
• Elle est également appelée déontologie médicale.
• Il est constitué d’un ensemble de règles ou de principes de nature éthique qui doivent régir à tout moment les actions des professionnels qui exercent la profession de médecin.
• Plus précisément, il repose sur une série de principes qui sont considérés comme les piliers de l'éthique de tout professionnel qui pratique la médecine: justice, charité, non-déficience et autonomie.
• Il établit que le non-respect des réglementations susmentionnées entraînera une infraction disciplinaire sur laquelle l'autorité correspondante devra prendre des décisions.

Ce code est formé en premier lieu par le serment d'Hippocrate et est ensuite complété par d'autres normes et directives qui traitent de questions telles que les suivantes:
• La relation du médecin avec les patients.
• Le secret professionnel.
• Qualité en matière de soins médicaux.
• Objection de conscience.
• Reproduction humaine.
• Transplantation d'organes.
• Recherche médicale.
• Soins médicaux en fin de vie.
• Relations avec d'autres médecins, avec d'autres professionnels de la santé ou avec la corporation médicale collégiale.
• Enseignement médical.
• Tests génétiques.

Le déontologie professionnelle s'applique à journalisme , entre autres domaines. Les journalistes, selon la déontologie, devraient toujours être manipulés avec des données prouvées, confirmer la véracité de ce qu’ils rapportent, protéger les sources qui leur fournissent des données et ne pas citer de contenu sans mentionner le nom de leurs auteurs, entre autres principes. Si un journaliste viole ces critères, il peut recevoir différentes sanctions en fonction des normes internes des médias dans lesquels il travaille.

Dans ce domaine professionnel, il devient particulièrement difficile de distinguer et de respecter deux types de la liberté étroitement lié au journalisme: celui de expression et celui de information. La raison de leur ressemblance est que les deux poursuivent l'objectif de communiquer quelque chose, bien que la principale différence réside dans ce quelque chose.

Peu de droits dépassent celui de s'exprimer librement, étant donné qu'il est à la base de la lutte à respecter et de la diffusion du reste des droits des êtres humains. En un mot, la liberté d'expression est liée à des sujets pouvant être jugés; celle de l'information, quant à elle, s'articule autour d'événements qui méritent d'être publiés comme actualités. Les deux libertés sont nécessaires pour former un opinion public spontané, sans oppression ni limites invisibles, mais la déontologie rend sa mise en œuvre moins simple que dans un monde utopique.

La liberté de information Cela implique le droit que tous les êtres humains doivent diffuser toute histoire qui nous parvient, mais la déontologie nécessite certaines précautions dans le processus, dont certaines sont mentionnées dans un paragraphe précédent, et la complexité de la vie ne le fait pas. il est toujours commode ou productif de faire usage de cette liberté; il peut même y avoir des cas où empêcher un tiers d'en profiter est considéré comme le plus juste.

Pour en revenir au concept de liberté d’expression, qui nous donne le droit d’exprimer nos opinions, examinons les deux niveaux qualitatifs que l’on peut distinguer:

* la fonction inform à propos d'un événement réel, qui communique un message vrai et intéressant au reste des gens. Il est nécessaire de souligner l’importance de la véracité des message, car c'est la propriété qui peut invalider son caractère informatif;

* fonction d'opinion, ce qui est aussi important que le précédent, car ils se complètent et s’enrichissent, l’avis étant une conséquence naturelle et nécessaire de l’information.

En ce qui concerne l’opinion, il n’est pas nécessaire d’avoir pour tâche fondamentale de nourrir et de maintenir la démocratie en vie et de collaborer à la réalisation des droits de l’homme.

Pin
Send
Share
Send